News

Montréal se mobilise contre la guerre en Ukraine


Des centaines de personnes ont manifesté sur plusieurs artères du centre-ville de Montréal, samedi après-midi, pour réclamer la fin de la guerre en Ukraine, au moment où le bilan des victimes civiles de l’invasion russe ne cesse de grimper, plongeant dans le désarroi de nombreux Ukrainiens vivant dans la métropole.

En milieu d’après-midi, la rue Sainte-Catherine et le boulevard René-Lévesque se sont colorés de jaune et de bleu à perte de vue au moment où des centaines de personnes manifestaient, un drapeau de l’Ukraine à la main, à l’initiative du Conseil provincial ukrainien Montréal/Québec.

Parmi la foule se trouvaient de nombreuses mères de famille faisant rouler devant elle une poussette vide afin de rendre hommage aux nombreux enfants morts depuis le début de la guerre en Ukraine. Selon le bilan – prudent – de l’ONU, au moins 96 enfants sont morts depuis le 24 février en raison de l’invasion russe. Le gouvernement ukrainien estimait plutôt ce nombre à 136, en date de samedi.

« On veut s’opposer aux soldats de [Vladimir] Poutine qui tuent des civils et des enfants », a martelé au Devoir Svitlana Natalska, qui demeure depuis 10 ans à Montréal. « Toute ma famille est en Ukraine » dans la ville portuaire d’Odessa, a-t-elle confié lorsque rencontrée parmi la foule de manifestants. « Ce n’est pas sécuritaire pour eux, mais ils veulent rester au pays […] C’est triste. Chaque nuit, je me réveille pour les appeler et m’assurer qu’ils sont en vie. »

Au tout premier rang de la foule se trouvaient d’ailleurs de jeunes membres de la communauté ukrainienne brandissant une affiche où l’on pouvait lire : « Et si c’était votre enfant? »

« Le peuple ukrainien a le droit de vivre »

En tout, ce sont plus de 1100 civils qui sont morts en Ukraine depuis l’invasion russe, il y a maintenant plus d’un mois, selon les données conservatrices de l’ONU. « Ma famille est là-bas, ma mère et mon frère, le mari de ma soeur aussi. Ils sont tous restés en Ukraine. Et moi, je prie chaque jour et je demande la fin de cette guerre », a soupiré Ksenia Medynikova, une manifestante qui compte plusieurs proches toujours coincés dans des villes situées en banlieue de Kiev.

« Le peuple ukrainien a le droit de vivre », ont d’ailleurs scandé les manifestants à maintes reprises, tout en pressant l’OTAN de « fermer le ciel » en imposant une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’Ukraine. Cette demande, répétée à maintes reprises dans les dernières semaines par le président ukrainien Volodymyr Zelensky sur toutes les tribunes, au Canada comme ailleurs, est restée jusqu’à maintenant lettre morte.

Après avoir défilé dans les rues du centre-ville, les manifestants se sont réunis à la Place du Canada peu avant 16h. Toutes les poussettes ont alors été rassemblées au coeur de l’endroit, tandis qu’une musique ukrainienne a commencé à résonner dans des haut-parleurs.

« Aujourd’hui, alors que nous sommes au Canada, nous envoyons un message de solidarité de l’autre côté de l’Atlantique. Et alors que nous sommes ici, nous envoyons notre coeur en Ukraine. Parce qu’en Ukraine, il n’y en a pas de chansons, aujourd’hui », a alors déclaré devant la foule le président du Conseil provincial du Québec du Congrès ukrainien canadien, Michael Shwec.

Les manifestants ont ensuite pris un moment de silence pour se plonger dans l’atmosphère de la guerre en Ukraine, tandis que résonnait à fort volume le bruit des sirènes qui annoncent quotidiennement dans plusieurs villes ukrainiennes la menace d’un bombardement imminent.

La grogne à l’endroit du président russe Vladimir Poutine était d’ailleurs bien visible dans la foule, tandis que plusieurs manifestants brandissaient des affiches diabolisant le dirigeant aux airs autocratiques. « Quel est le nom du diable? » a demandé devant la foule le président de l’Association culturelle Saint-Volodymyr de Montréal, Gregory Bedik. « Poutine ! » ont lancé en choeur les manifestants, un ton de défi dans la voix.

Michael Shwec s’attend d’ailleurs à ce que les membres de la communauté ukrainienne continuent de manifester régulièrement dans les rues de Montréal et ailleurs dans le monde jusqu’à ce que cette guerre prenne fin. « Le monde entier aujourd’hui fait partie de la nation ukrainienne, a-t-il lancé. Nous allons gagner. »

Accueil de réfugiés

Des manifestants de tous âges se sont d’autre part réunis vers 14 h près du parc La Fontaine dans le cadre d’un événement distinct contre la guerre en Ukraine ainsi que celle qui s’étire depuis sept ans au Yémen. Ils ont ensuite entamé une marche plus au sud sur la rue Ontario, où ils ont notamment croisé la rue Saint-Denis avant de continuer plus à l’ouest.

Ces manifestants pressent entre autres le Canada de faciliter l’arrivée de réfugiés d’Ukraine et du Yémen au pays. Certains s’opposent aussi à l’envoi d’armes létales par Ottawa à l’Ukraine, disant plutôt souhaiter voir le Canada prendre part à des efforts pour négocier la paix dans la région et fournir davantage d’aide humanitaire au pays.

« Cessons la guerre en Ukraine, cessons la guerre en Yémen », ont ainsi scandé plusieurs personnes mobilisées samedi.

À voir en vidéo





Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published.